Propriété à Vendre Loire-atlantique, Corde Résistant à Leau, Personnage Disneyland Paris, Flash Saison 2 Acteur, Appart Hôtel 94, " />

révolution française 1789 résumé

Les montagnards ont désormais les mains libres pour conduire une politique qui vise à sauver la République par tous les moyens. Cependant, cette déclaration ne remet pas en question la monarchie des Bourbons, d'ailleurs, La Fayette et Mirabeau tout comme la majorité de l'Assemblée sont monarchistes. Toutefois ces évènements ne condamnent pas le roi Louis XVI, il tente de faire reculer l'Assemblée en concentrant une armée autour de Versailles. Déjà, un fort élan politique parcourait le pays, Louis XVI et Necker étaient inquiets. Le 13 juillet, Marat est assassiné dans sa baignoire par Charlotte Corday, la révolte fédéraliste prend alors de l'importance, mais les opposants des Montagnards : royalistes et Girondins ne parviennent pas à s'entendre. Issue d'un milieu pieux et royaliste, Charlotte Corday était républicaine et fréquentait les Girondins de Caen. Avec les armées de la République puis de l'Empire, les idées révolutionnaires vont se diffuser largement dans toute l'Europe et ses colonies... Cet évènement singulier, de par son ampleur et ses conséquences, va conditionner durablement le système politique Français. Elle avait vu en Marat le principal responsable de la chute des Girondins. Les troubles ne s'apaisèrent qu'après la signature du Concordat de 1801. Mais jugé pour corruption Fabre d'Églantine annonça l'élimination des dantonistes, et quelques jours plus tard, Danton et Desmoulins étaient sur l'échafaud. C’est la fameuse prise de la Bastille, le 14 juillet 1789. Menacée de l'intérieur et de l'extérieur, la Convention paraît avoir un avenir éphémère. En Vendée, la région est pacifiée grâce au général Hoche, et la convention multiplie les amnisties. A Lyon, Marseille ou en Normandie, des armées girondines sont levées, tandis que Toulon et Bordeaux tombaient au main des royalistes. La Révolution française a apporté de grands changements : l’Assemblée nationale proclame le 26 août 1789 la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. C’est la première fois, dans l’histoire, que tous les Français sont libres et on les mêmes droits ! La minorité républicaine de l'Assemblée vota des lois d'exception contre les monarchistes, beaucoup furent contraint à l'exil comme Pichegru et Carnot. Pour sortir la monarchie de la crise financière, Louis XVI se résout à convoquer des Etats-Généraux au sein desquels les français vont pouvoir exprimer leurs doléances. Ensemble, ils reprirent le pouvoir avec fermeté et entreprirent un remaniement politique, Fouquier-Tinville qui dirigeait le Tribunal révolutionnaire fut emprisonné. Le Directoire l'éloigne en lui offrant un commandement en Égypte. Mais dans les rues de Paris, un nouveau comité insurrectionnel (Conjuration des Egaux) est créé sous la conduite de Gracchus Babeuf qui prône « la communauté des biens et des travaux ». Ils étaient néanmoins plus présents que les Enragés, ils s'attaquèrent à la Convention par le biais du journal d'Hébert (Le père Duchesne). Le député Féraud qui tentait de s'opposer aux manifestants est tué, sa tête est mise au bout d'un pique. Les jacobins et les sans-culottes parisiens réclament désormais la démocratie. Les réformes révolutionnaires se trouvèrent alors clairement menacées. Avec l'aide de Augereau, le Directoire fait arrêter les députés royalistes qui leurs disputaient le pouvoir. Les députés les plus populaires étaient à cette époque Danton, Marat et Robespierre. Sous l'impulsion de Camille Desmoulins, le peuple parisien se rassembla et l'anarchie commençait à s'installer dans la capitale. L'émergence de la droite et de la gauche intervient dès le début de la Révolution française qui provoque alors une rupture idéologique. Il espère que, victorieux, ils écraseront la Révolution. Pour y faire face, la Convention durcit sa politique et institue le Tribunal révolutionnaire et surtout le comité de salut public, composé d’un douzaine de députés. L'Angleterre commence déjà à rassembler une seconde coalition. Et le 8 thermidor, ces opposants s'emploient à accuser les robespierristes. Contrairement aux deux autres ordres, il doit payer de nombreux impôts…. Les gardes de chaque fédération défilèrent, et malgré la pluie, La Fayette s'avança et prêta serment à la Nation, puis vint le tour du roi qui fut applaudi. La Garde nationale de Paris part pour l'armée - Septembre 1792. Un comité d'insurrection s'était formé, et la Convention qui siégeait toujours aux Tuileries était menacée. Mais ces troubles n'engagèrent que peu de monde, la garde nationale s'était réorganisée, les sans-culottes avaient perdu. La situation intérieure n’est guère meilleure. Mais les gendarmes que dirigeait Barras firent irruption dans l'Hôtel de Ville où s'étaient réfugiés les proscrits. Afin de limiter les dégâts, le roi ordonne alors au clergé et à la noblesse de participer avec le tiers à l'élaboration de textes constitutionnels. Les Révolutionnaires vont provoquer l'effondrement de la monarchie absolue qui découle de l'échec des Etats-Généraux réunis par Louis XVI. Ces fédérations donnèrent lieu à des fêtes, l'une d'elle devait regrouper chacun des représentants des fédérations au Champ-de-Mars le 14 juillet 1790 pour célébrer la fête de la Fédération. On se dirigeait maintenant aux Tuileries. Le gouvernement effectif fut confié à un Comité de salut public au sein duquel Robespierre agit en dictateur. Le 20 juin 1792 (anniversaire du serment du jeu de paume), le peuple parisien s'arme de piques et envahit rapidement les Tuileries, la manifestation est arrêtée durant l'après-midi grâce à l'intervention de Vergniaud et Pétion de Villeneuve (maire de Paris). Le roi ne doit son salut qu'a la protection de l'Assemblée nationale ou il s'est réfugié parce qu'il est indispensable au bon fonctionnement institutionnel du régime. Le pouvoir législatif est organisé en deux assemblées : le Conseil des anciens, qui propose les lois, et celui des Cinq-cents, qui les vote. A l’extérieur, les armées françaises remportent d’importantes victoires : en novembre 1794, Kléber s’empare de Maastricht et Pichegru d'Amsterdam le 20 janvier 1795. Entre les deux groupes on a toujours le marais ou la plaine, groupe d'indécis qui virevoltent à gauche ou à droite. A gauche, il y a les Jacobins qui sont moins nombreux, appelés aussi Brissotins du nom de leur chef de file Brissot, leurs orateurs dont Vergniaud sont issus de Bordeaux (ils seront appelés Girondins pour cette raison), ils devront s'allier avec l'extrême gauche représentée par Pétion de Villeneuve (un proche de Robespierre) qui regroupe des membres des Cordeliers (la Montagne). Il restait Toulon où les royalistes avec la complicité des Anglais gardaient farouchement la ville, il faudra attendre l'arrivée de Bonaparte pour changer la situation. Ils espéraient ainsi gagner du temps, les différentes tentatives pour débloquer la situation s'étaient révélées inutiles. Les royalistes, ulcérés par ce décret qui les paralysaient, tentèrent un nouveau coup de force. Rouget de Lisle composant la Marseillaise, Rouget de Lisle composant la Marseillaise - par Auguste Pinelli 1875-1880 (Musée historique de la Révolution française, Vizille). Ce sont les Montagnards autour de Danton qui y gagneront de l'influence et de la popularité sur les Girondins. Il se heurte au parlement de Paris qui voulait contrôler les lois et donc limiter les pouvoirs du roi. Robespierre qui avait instauré le culte de l'Être suprême était accusé d'accéder de plus en plus vers la dictature. La Révolution Française Introduction. Mais en éliminant les factions (enragés, Hébertistes et Indulgents), le Comité de salut public perdit l'appui des sans-culottes et prépara ainsi sa chute. Cette monarchie accorde une place centrale à une institution aujourd'hui omniprésente au sein de notre société contemporaine : L'Assemblée Nationale appelée à l'époque : « La constituante ». A Paris, La Fayette, Bailly et Beauharnais (président de l'Assemblée) inventent un prétexte d'enlèvement pour couvrir leur roi. L'assassinat de Féraud à la Convention - par Jean DUPLESSI-BERTAUX. Le 20 avril 1792, la France entre en guerre. Pendant ce temps, une conférence des alliés a lieu à Anvers, elle se fixe pour but de réduire la France à un néant politique. La guillotine est un symbole indissociable de la Terreur. Les discussions entre l'Assemblée et le roi reprennent, Louis XVI se voit bientôt accorder un droit de veto face aux décisions de l'assemblée. Une forte action politique était engagée pour basculer le tournant des élections de 1797. D’inspiration plus sociale, elle ne sera jamais appliquée, le gouvernement étant déclaré révolutionnaire jusqu’au retour de la paix intérieure et extérieure le 10 août 1793. Louis XVI sera guillotiné le 21 janvier 1793. Mais les vendéens s'improvisent vite des dirigeants (le roturier Cathelineau et les nobles Bonchamp, Charette, La Rochejacquelein ou D'Elbée), ils abordent la cocarde blanche et bouscule les républicains, ensemble ils forment « la grande armée catholique ». Aussi, la constitution civile du clergé et l'exécution du roi avaient profondément choqué. Pourquoi a eu lieu la Révolution française en 1789 ? Certains veulent donc le passé, d'autres le présent et d'autres regardent vers l'avenir. Désormais, ce n’est plus un monarque qui gouverne la France, mais une assemblée de citoyens élus : des députés qui siègent à l’Assemblée nationale. A gauche, le groupe est mené par un triumvirat (Barnave, Lameth, Duport), et à l'extrême gauche on trouve déjà Robespierre. Pour résoudre ce problème grandissant, facteur d'instabilité, de nombreux ministres (Turgot, Necker entre autres) vont tenter de proposer des solutions diverses dans l'objectif de résoudre la crise financière, sans pour autant parvenir à des résultats, en obligeant les privilégiés a payé leurs impôts, provoquant la colère des nobles et des parlementaires. Conscients de représenter la majorité des Français, les délégués populaires du tiers se retirent le 17 juin et se constituent eux-mêmes en Assemblée Nationale. Et les frontières extérieures sont attaquées de toute part par la coalition européenne, Anglais, Espagnols, Prussiens et Autrichiens remportent des victoires décisives contestant les conquêtes révolutionnaires après Valmy. En effet depuis le milieu du XVIIIème siècle, l'Etat est au bord de la faillite et ses dettes ne cessent de s'accumuler. - Jean-Paul Bertaud, La Révolution Française, Tempus, 2004. « L'incorruptible » fréquentait de plus en plus le club des Jacobins où il excluait ses ennemis. Le 10 août, les sans-culottes prennent d'assaut le château des Tuileries, les gardes suisses tirent sur la foule. Le 10 aout marque donc la chute de la royauté. Pour les sans-culottes, le roi a trahi la Révolution, mais la majorité de l'Assemblée décide d'innocenter le roi, pour sauver la monarchie. Longwy capitule le 23 août devant les Prussiens, Verdun se rend. Très vite, l'assemblée entame des discussions derrière le député Mounier, et La Fayette qui, inspiré par son passage aux États-Unis propose déjà une déclaration des droits de l'homme. L'Assemblée Nationale devient alors constituante. Née des difficultés de la monarchie et des contestations de l'absolutisme, elle marque une rupture totale avec l'Ancien Régime (la période précédente) dans le domaine politique, mais aussi dans les … », Marie-Antoinette conduite à son exécution le 16 octobre 1793 - par William HAMILTON 1794 (Musée historique de la Révolution française, Vizille). Quelques temps plus tard, c'est Danton qui monte sur l'échafaud en déclarant au bourreau : « Tu montreras ma tête au peuple, elle en vaut bien la peine. Les monarchistes comme Mounier voient leur désir d'établir une monarchie forte s'éteindre, Mounier choisit l'exil. Ce lien de confiance ou plutôt de compromis tissé par la Révolution acceptée du Roi semble indéfectible, mais il n'en est rien. À la fin du XIXe siècle, le 14 juillet devient le jour de la fête nationale. Le 11 août, un décret déclare l'égalité civile et fiscale, c'est le plus grand bouleversement que la France ait connu. Mais les Girondins qui sont toujours majoritaires à la Convention peuvent faire appliquer leurs décrets. Les États Généraux furent ouverts solennellement le 5 mai 1789, très vite une discussion acharnée éclata sur la façon de voter : « par tête », une voix pour chaque homme, ou « par ordre », une seule voix pour chacun des trois états comme le voulait la tradition. Alors que la patrie a été déclarée en danger, le gouvernement provisoire dominé par Georges Danton a bien du mal à faire face aux troubles intérieurs et aux revers militaires à l’extérieur, qui provoquent les “massacres” de septembre pendant lesquels plus d’un millier de “suspects” sont assassinés dans les prison et les édifices religieux. Ces députés remettent tout simplement en cause la monarchie Absolue. Quand la foule se rassemble au champs-de-Mars pour réclamer la déchéance du roi, elle est mitraillée par la garde nationale de la Fayette, le 17 juillet 1791. Le Directoire n'est pas vraiment en rupture avec la convention thermidorienne, les mêmes hommes sont au pouvoir. Avec l’aide de ces derniers, Robespierre se débarrasse des enragés hébertistes qui sont éliminés le 24 mars 1794. Les coalisés battent Dumouriez à Neerwinden le 18 mars et reprennent la Rhénanie et les Pays-Bas autrichiens. Les succès des vendéens seront bientôt compensés par la terreur que connaîtra la région, des républicains organiseront des répressions sanglantes (les noyades de Carrier, les colonnes infernales de Turreau brûlant les terres). En Italie, Bonaparte réalise des prouesses inespérées et alarme l'Europe par la création de républiques sœurs vassales de la France. Mais les 280 000 étrangers qui sont aux frontières de la France sont paralysés à cause des dissensions entre alliés. Une foule d'accusations fantaisistes traversait les deux camps. C’est le début de la Révolution française qui va durer dix ans ! L'ennemi, Prussiens et Autrichiens se rapproche. Dès lors, l'avenir de la monarchie Constitutionnelle semble scellé. Le clivage des opinions s'organise désormais ainsi (ce sont les ancêtres de nos partis politiques). Carnot le ministre de la guerre favorisa aussi les victoires en organisant l'armée révolutionnaire : en pratiquant le mélange des soldats de métier et des jeunes recrues : « l'amalgame », il alliait l'expérience et la ferveur révolutionnaire. Pour s'armer, les parisiens prennent la Bastille le 14 juillet 1789, une prison ou se trouve essentiellement des munitions, avec très peu de prisonniers, établis au nombre de sept. Avec la prise de la Bastille, c'est le symbole de la monarchie absolue et plus précisément de l'arbitraire royal qui est visé. Naturellement, ni le roi ni les privilégiés n'apprécièrent cette nouveauté. Par suite, les villes de province se révoltent à leur tour : c'est la Révolution Populaire qui provoque le renversement de l'ordre social. Cette déclaration est maintenant devenue le modèle de la plupart des Constitutions modernes. LLa situation militaire étant indécise, la Convention décrète le 23 août 1793 la levée en masse. Le lendemain, la Convention Nationale fraîchement élue abolit la royauté et proclame la “république une et indivisible” le 25 septembre. La nuit, on se réunit et on prépara la séance du lendemain. Les généraux allaient faire de cet amalgame une véritable armée, des chefs de bataillons allaient gravir des marches qui les porteront au titre de maréchal sous Napoléon (Bessières, Marmont, Davout, Victor...). Les insurgés vendéens forment trois armées organisées sur trois pôles. Elle connait d'abord la défaite. A droite, les monarchistes étaient en plein essor, ils sollicitèrent l'aide du général Pichegru qui était favorable au mouvement. La reine Marie-Antoinette, guillotinée le 16 octobre, sera l’une des premières victimes de la répression qui s’abat sur tous les “suspects”, royalistes, girondins ou ecclésiastiques. ». Depuis que les idées révolutionnaires se sont développées dans la région du Rhin ou au Nord de l'Italie, et depuis l'arrestation du roi à Varennes, l'Europe avec à leur tête l'Autriche commençait à voir d'un mauvais œil cette France turbulente. Les lendemains de la Révolution vont être difficiles, les soubresauts nombreux, ce sont « les lendemains qui déchantent ». », sa tête est montrée à la foule hurlant : « Vive la Nation ! Ils prennent le nom d’Assemblée nationale car ils représentent le peuple français. Celle-ci jouera désormais un rôle de premier plan, Danton prend la tête d'un conseil exécutif, seul Montagnard il domine le ministère en grande partie Girondin. Ce sont les mots de Mirabeau, « de ne jamais se séparer jusqu'à ce que la constitution du Royaume soit établie » et sa volonté s'exprime en ces termes, "Nous ne sortirons que par la force des baïonnettes". Ses institutions sont détruites, un moyen parmi d'autres de montrer clairement une volonté de renverser les piliers d'un monde ancien sclérosé, touché par des crises économiques, sociales, politiques, pour lequel l'opinion publique de cette époque a perdu toute confiance et faisant ainsi de la Révolution le produit conjugué de la faim, de la peur et de l'espoir issu d'un siècle de tourmente.

Propriété à Vendre Loire-atlantique, Corde Résistant à Leau, Personnage Disneyland Paris, Flash Saison 2 Acteur, Appart Hôtel 94,

Les commentaires sont fermés.